Etat des lieux

Ce terrain est occupé depuis plusieurs années par l’agriculteur voisin. Il y a construit une cabane à mouton et, ma foi, ils ont l’air de s’y plaire.

J’apprends que la maison est inhabitée depuis 1970. Pendant la tempête de décembre 1999, la toiture de la partie habitation s’est envolée. Le bâtiment est resté dans cet état plusieurs années avant que le haut des murs soit reconstruit (on en reparlera) puis couvert.

Le résultat est que les murs faits de mélange terre/paille (bauge) sont restés exposés aux intempéries pendant environ dix ans. Tout s’est gorgé d’eau au point que le plancher en terre lui aussi et constitué de belles poutres en chêne non pourries doit être étayé afin de ne pas s’effondrer.

Quelques restes d’enduit à la chaux apparaissent en partie haute des murs extérieurs. Les solins (bas des murs), en pierre sont enduits de ciment.

C’est pareil à l’intérieur, le haut des murs enduit de chaux et le bas de ciment.

Le sol est constitué d’une dalle de ciment.

Le ciment étant hydrofuge, le bilan est catastrophique. En effet, rien de tel que de bloquer le transfert des vapeurs d’eau (ce que fait le ciment) pour qu’un mur en terre construit il y a plusieurs siècles s’écroule en quelques années.

L’eau qui remonte dans le mur par capillarité ne peut pas s’évaporer bloquée qu’elle est par le ciment.

La propriétaire a beau dire qu’elle n’a jamais vu d’humidité dans cette maison, des traces sont bien visibles au bas des murs. De plus, l’intervention visant à reconstruire le haut des murs et recouvrir le bâtiment n’a rien arrangé.

Les murs en terre sont désormais surmontés d’une semelle de béton de ciment qui supporte des murs en parpaings. On oublie l’évaporation par le haut. La toiture est constituée de simples tôles en bac acier sans protection au faîtage et le long de la cheminée.

Résultat:   il pleut à l’intérieur alors que la toiture est neuve !!!!!

Bravo aux personnes qui ont fait un boulot de m..de.

Il faut reconnaître que depuis la deuxième guerre mondiale, les maçons ne connaissent plus que le ciment et ne savent plus respecter le bâti existant.

Pour le reste, tout correspond à ce que nous espérions et nous ne regrettons pas cet achat.

Voici une image tirée de Google Maps datée de mars 2010:

plan_3

Cela a quand même bien changé.

Notre agriculteur occupe aussi le garage.

Malheureusement, il a voulu y entreposer une voiture plus une botteleuse. Il n’y a pas la place. Eh bien qu’à cela ne tienne, on force et ça rentre!!!!!

Je découvre donc que la parois du fond est partie avec la botteleuse !!!

Vu l’état général, ce n’est pas grave nous ne sommes plus à cela près.

 

 

 

Achat du bien

Quelques jours seulement avant notre retour en métropole, nous obtenons, donc, notre prêt immobilier.

Nous montons dans l’avion et quittons notre ensoleillée GUADELOUPE avec le baume au cœur puisque nous allons devenir propriétaires. C’est une ruine , c’est vrai mais c’est à nous.

Nous fournissons les formalités dues au notaire et attendons sereinement la date de signature prévue le 15 octobre 2014.

Nous posons le pied en FRANCE le 16/09 et le 17, nous allons enfin voir ce bien que nous avons décidé d’acheter!

DSCN5638DSCN5580

DSCN5632DSCN5623

DSCN5631

 

Comme vous pouvez le voir, c’est presque neuf !!!!!!

 

Un bon coup de peinture et nous pouvons emménager (ou presque).

Trêve de plaisanterie, quand je vous disais que c’est une ruine.

Regardez ce magnifique mur qui a envie d’aller se coucher sur le talus voisin:

DSCN5628

Le garage n’est pas en meilleur état.

DSCN5629DSCN5630

 

Le prêt bancaire

Mes primes de retour avec nos économies nous permettent de payer cette maison sans emprunt.

Les taux d’intérêt des différents types de prêts me font choisir une autre formule.

Nous empruntons la totalité du montant d’achat frais de notaire compris et l’argent disponible servira à acheter du matériel et engager des travaux.

La banque m’a annoncé qu’il n’y avait aucun soucis pour l’emprunt au regard des montants en jeu.

J’attends, donc, le 31 juillet très confiant.

Début aout, je reçois un courrier du notaire contenant une copie du compromis. Je reprends contact avec la banque pour monter le dossier de prêt immobilier. L’homme avec qui j’avais contact à quitté la société et mon cas est repris par une femme que je vais devoir subir pendant un mois.

cette femme conçoit que je veuille acheter un bien à rénover mais elle ne peut pas admettre que la demande de prêt n’inclue pas une somme conséquente pour des travaux de rénovation. Elle tient absolument à ce que je lui fournisse des devis d’artisans. J’ai beau lui expliquer que je ferais la majorité des travaux moi-même plus tard et que l’emprunt ne concerne que l’achat du bien, elle ne veut rien comprendre ni admettre.

Elle me demande toujours plus de documents ne figurants pas sur la liste de départ et pour cause puisque ses demandes sont illégales. Elle pousse jusqu’à vouloir m’imposer des faux en écriture.

Je lui démontre point par point, articles de lois à l’appui, l’illégalité  de ses désirs.

Rien n’y fait et elle s’obstine à m’imposer la fourniture de devis imaginaires.

Cette situation dure jusqu’à la fin du mois. Je suis alors obligé d’écrire à la direction de la banque en lui montrant les mails reçus et les articles de loi correspondants, le tout accompagné d’une menace de dépôt de plainte.

Deux jours plus tard, un vendredi, un autre employé de la banque me téléphone, écoute mes explications et déclare mon dossier valide et complet. Il transmet ce dernier en commission le jour ouvrable suivant, un mardi.

En fin de semaine, je reçois un courrier m’annonçant l’obtention du prêt accompagné d’excuses de la banque pour le comportement de son employée.

Il était temps car il y a ce délai de un mois pour emprunt immobilier et la date limite pour la signature est le 15 octobre…

 

Compromis

Un peu avant mi-juillet, nous décidons d’essayer d’acheter ce bien à condition que le prix baisse un peu.

Le 17 juillet 2014, nous tombons en accord avec le vendeur pour un prix de 25000 € net vendeur. Le jour même, rendez-vous est prix avec le notaire  le 31 pour signature du compromis.

Mon père a procuration pour cet acte puisque nous arrivons en France le 16 septembre.

 

Comment nous avons décidé d’acheter

La décision d’acheter ce terrain surmonté d’une ruine, qui ne peut pas être rasée pour reconstruire (d’après le vendeur), est le résultat de plusieurs concours de circonstances.

Commençons par le début:

Pour notre retour de Guadeloupe, je devais être muté à LE MANS dans un service de la direction spécialisé dans les travaux en hauteur principalement sur pylône.

Nous avions prévu revendre le Duster puis acheter un véhicule une fois arrivés en FRANCE. Je devais aussi ramener ma moto !

Mon accident de moto au mois de janvier à tout remis en cause!

Continuer la lecture de Comment nous avons décidé d’acheter